Le soleil comme carburant pour le développement de l’Asie du Sud-Est

///Le soleil comme carburant pour le développement de l’Asie du Sud-Est

L’Asie du Sud-Est est l’un des marchés les plus prometteurs pour le développement solaire. Abritant des douzaines d’économies émergentes aux climats politiques favorables, l’Asie du Sud-Est est appelée à devenir la pierre angulaire de la révolution des énergies renouvelables.

De tous les pays, l’Inde a la plus grande population qui n’a pas accès à l’électricité – 304 millions de personnes. Alors que 94% des Indiens vivant dans les zones urbaines ont de l’électricité, seulement 67% dans les zones rurales ont de l’électricité. La Corée du Nord, la Birmanie et le Cambodge sont dans une situation encore plus défavorable, environ 70% de leur population totale n’a pas accès à l’électricité.M

La plupart des ménages de ces zones sont dépendant de combustibles conventionnels polluants et dommageables pour l’environnement et la santé, ce qui signifie qu’il existe un grand besoin desolutions propres, durables et abordables pour éclairer ces ménages.

Les systèmes d’énergie décentralisés hors réseau utilisant des énergies renouvelables pourraient être une solution à ce problème, grâce à la disponibilité croissante d’unités de production d’énergie de petite taille et des technologies basées sur les énergies renouvelables.

Les pays d’Asie du Sud, en particulier l’Inde et le Bangladesh, ont fait des progrès remarquables dans l’élargissement de l’accès au réseau électrique ces dernières années. L’Asie du Sud a connu une augmentation de la couverture du réseau électrique depuis 2010, atteignant aujourd’hui plus de 80% de couverture. En Inde, selon l’AIE, le taux d’électrification des ménages est passé de 43% en 2000 à 82% en 2016 ; cela représente un gain d’un demi-milliard de personnes. Plus de 99% des personnes ayant accès à l’électricité en Inde depuis 2000 l’ont fait en raison de l’extension du réseau.

De même, au Bangladesh, l’accès au réseau est passé de 32% en 2000 à 62% en 2014 et les services publics ont connecté environ 300 000 nouveaux clients par mois à la fin de 2017. D’ici 2030, l’accès universel est attendu dans la plupart des pays asiatiques à l’exception de la République démocratique populaire lao, le Cambodge et le Myanmar.
Les pays les plus actifs en Asie du Sud-Est sont les suivants:

Philippines: Les Philippines sont une nation insulaire, composée de plus de 7 000 îles isolées et d’un accès à l’électricité de seulement 89,1%, ce qui rend le développement du solaire hors réseau très lucratif. L’accent a été mis sur la réduction de la dépendance au charbon et au pétrole, qui sont les principales sources d’énergie et la promotion de sources d’énergie non conventionnelles telles que les déchets et les biocarburants. De nombreux programmes ont été conçus pour stimuler l’électrification rurale.

Indonésie: l’Indonésie est constituée de plus de 17 000 îles. 40% des zones hors réseau sont situées en grande partie à l’extérieur de l’île de Java et il est peu probable qu’elles soient atteintes par le réseau national d’électrification. Cela renforce les arguments en faveur de l’utilisation à grande échelle de solutions d’éclairage hors réseau telles que les lanternes et les systèmes solaires domestiques. Le gouvernement indonésien fait des projets d’électrification des zones rurales du pays en utilisant de l’énergie nouvelle et renouvelable.

Malaisie: Ayant survécu à deux récessions majeures, l’économie malaisienne est parmi les plus dynamiques d’Asie du Sud-Est et devrait croître de 4,5% en 2017. Le secteur énergétique de la Malaisie est autosuffisant, en grande partie grâce à ses abondantes réserves de charbon et de gaz naturel, mais l’île de Bornéo a un réseau beaucoup moins développé, ce qui rend le solaire hors réseau plus viable.

Cambodge: Le Cambodge a connu un développement économique rapide ces dernières années, mais le mauvais état de ses infrastructures électriques entraîne de fréquentes pannes d’électricité et la forte dépendance à l’égard de l’électricité importée fait que les prix de l’énergie sont très élevés. Ceci est un obstacle pour les entreprises locales et réduit la qualité de vie dans la région. Pour faire face à ces problèmes, la politique énergétique du pays est concentrée sur l’expansion de l’infrastructure énergétique (augmentation des niveaux de production et de transport d’électricité, électrification de tous les villages), principalement par le biais des énergies renouvelables. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement a l’intention de poursuivre une politique d’allocation de fonds pour faciliter l’investissement privé.

Birmanie: la Birmanie, est l’un des pays les plus défavorisés de la région (faible PIB et consommation par habitant). Sa population est dispersée et de nombreux ménages n’ont pas accès à l’électricité fournie par le réseau électrique. Afin de fournir de l’électricité à ces ménages, le gouvernement déploie plusieurs petites installations hors réseau et mini-réseaux pour aider les communautés rurales. Les investissements dans le secteur de l’électricité sont guidés par la loi sur l’électricité et quelques réglementations détaillées, incluant les tarifs, les termes juridiques et les aspects environnementaux, mais la plupart des conditions spécifiques d’un projet sont négociées dans le cadre d’un Contrat d’Achat d’Energie (CAE) avec le gouvernement.

2019-02-04T17:43:46+00:00 juillet 4th, 2018|Blog|